L’amitié

Tout un programme ! Depuis petite, je suis très bien entourée, de nombreux amis merveilleux partagent ma vie. Mais avec le temps et souvent l’éloignement physique, les liens s’effacent. C’est la vie effectivement et l’on s’en recrée d’autres, de nouveaux. Mais avec une pointe de méfiance et d’amertume…

Combien de fois me suis je disputée avec des amis (mecs) à cause de leur copine… pas forcément disputée en fait, juste perdu de vue, avec un sentiment d’injustice réel.

Quand on compte trop sur ses amis, on est toujours déçu forcément. Je n’attends rien de spécial à part qu’ils soient peut être entiers comme moi et c’est là que le problème se pose.
Non pas que je pense être parfaite loin de là, mais en amitié comme en amour je donne tout, même de ma propre personne. Pourquoi nos vrais amis ne sont il pas pareils?!

J’ai été réellement attristée par le comportement de mon meilleur ami il y a plusieurs années qui était comme un frère pour moi et qui a rencontré une fille …Il a donc coupé tout lien avec moi…Pourquoi? Sa copine n’a pas dû accepter notre relation forte et rare d’amitié. Je ne m’en suis jamais remise, je l’ai « perdu » et il me hante souvent dans mes rêves… Encore une blessure qui ne se refermera sans doute jamais…

Je pense que malheureusement on ne doit pas dire tout ce que l’on pense, sinon on se fâche avec tout le monde. Ce n’est pas être hypocrite, mais c’est juste que quand je disais les choses forcément ça se terminait mal. Les gens ne reconnaissent que trop rarement leurs erreurs…
Alors oui maintenant je ne dis plus rien, j’accepte, mais avec toujours cette amertume et certains regrets. Mais cela se passe beaucoup mieux!

J’ai quand même la chance d’avoir une meilleure amie qui me comprend, me soutient et ne me juge jamais, ouf! Mais elle voyage beaucoup donc me manque pas mal!

Donc voici quelques conseils à prendre ou à laisser :

  • prendre les bons côtés et laisser de côté les mauvais
  • ne pas trop dire ce qui nous énerve ou alors tenter d’en parler sans trop d’émotions!
  • ne pas trop parler de ses sentiments et émotions (c’est un secret que personne ne comprendrait de toute façon!)

 

 

mon papa

Mon papa, mon modèle, le pilier de la famille, mon mentor est parti il y a un an et demi… après des années de longue et horrible maladie. Je ne m’en remets pas, la douleur, tristesse et le manque sont omniprésents. Est ce que j’arriverais à surmonter son absence un jour… je ne le pense pas. Mais comment faire??? Je suis obligée de continuer à vivre sans lui pour ma famille. Mais c’est tellement difficile.

En plus de sa disparition atroce et des longues années de souffrance et déchéance, le manque est insoutenable. On dit qu’il faut du temps pour faire son deuil, mais je trouve que le temps ne fait qu’empirer les choses car il me manque d’une manière inimaginable…

Alors je pleure, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour évacuer…et profiter de mes enfants au maximum, j’ai l’impression que j’essaie de combler son absence avec eux.

Mais du coup, ça n’est pas forcément bon pour eux, puisque je les colle trop…

Quelle est la solution. comment accepter l’inacceptable? C’est la vie, mais c’était beaucoup trop tôt et dans des conditions abominables donc je n’accepte pas.

J’en veux à Dieu, mon père était parfait avec ses défauts bien sûr mais c’était un père idéal : aimant, sévère, généreux, très intelligent, foncièrement bon, comme il n’y en a pas beaucoup. Alors pourquoi lui, pourquoi cette horrible maladie… J’essaie de me dire qu’il est la haut, qu’il nous voit mais cela ne suffit pas du tout.
Je ne peux plus écouter une musique, regarder une photo, penser à lui en bien, car je m’effondre…

La seule chose qui m’apaise est d’essayer de moins penser à lui mais je culpabilise. Bref, toujours ces émotions et questions continuelles…

Je n’ai pas vraiment de conseil à donner pour des personnes qui auraient perdu, comme moi, une partie d’eux mêmes… peut être que cela viendra… désolée.

 

mes enfants, mes amours

Cela va être le sujet principal je pense… en effet, ils sont bien entendu la prunelle de mes yeux : ils engendrent énormément d’émotions chez moi. Trop? Cela est certain, mais comment se changer?!

J’ai la chance d’avoir deux merveilleux enfants avec un mari extraordinaire ! Je les aime tous les 3 plus que tout au monde.

Cependant ils sont assez difficiles mais cela doit de être ma faute.

Mon fils a eu un grave problème de santé à moins d’un an mais maintenant il va très bien. Cependant,le stress provoqué par cet « accident de vie » est lui, loin d’être digéré.
J’ai eu tellement peur de le perdre que mon cerveau a « buggé » et est toujours en alerte (quasi 24H/24H). Des psys, des médecins, du yoga etc… m’ont aidé à avancer mais je ne suis pas « guérie », loin de là. J’ai attendu 5 ans avant d’avoir notre deuxième enfant, je pensais que cela irait mieux et pas du tout, mon angoisse s’est décuplée (comme mon amour d’ailleurs!)

Alors oui je suis une maman extrêmement inquiète et cela pourrit ma vie, celle de mon mari et celle de mes enfants (et celle de ma famille, amis…). Pas grand monde ne me comprend, puisqu’en effet, ils vont bien.
Mais ils sont très souvent malades et je ne supporte pas, j’ai peur …je ne dors pas, je veille sur eux et même quand ils vont bien, j’appréhende les virus, la collectivité etc…

Mais je travaille dessus, j’essaie de relativiser, de les laisser respirer surtout pour leur bien à eux. Car ils sont angoissés. Forcément… Quand on dit que les enfants sont des éponges, on ne se rend pas compte à quel point c’est vrai.

 

Voici donc quelques conseils pour les mamans comme moi :

  • se forcer à les laisser à des personnes de confiance
  • essayer de ne pas montrer ses angoisses
  • se faire plaisir, faire du sport, avoir des moments pour soi et pour son couple
  • leur expliquer pourquoi maman peut être inquiète
  • en parler
  • relativiser et observer qu’on a beaucoup de chance
  • se répéter tous les jours à chaque instant que tout va bien, qu’il n’y a rien de grave

Bon il va d’ailleurs falloir que je m’entraîne tout de suite, puisque ma deuxième est malade….

Pourquoi un blog…?

Pourquoi écrire un blog… parce ce que cela fait longtemps que je ressens le besoin d’écrire ce que je pense, ressens…non pas parce que je n’ose me confier à mes proches ou un psy, mais parce que je me dis qu’au moins, je peux écrire quotidiennement et que cela peut m’aider à évacuer mes angoisses, ma tristesse, et cela peut m’aider aussi à conserver précieusement les bons moments comme dans un livre.

Le but est aussi de partager mes expériences afin de pouvoir aider des personnes qui se poseraient  des questions et qui pourraient ainsi voir qu’elles ne sont pas seules à s’interroger parfois sur des choses futiles…!

Enfin, on ne peut pas « tout dire » oralement mais écrire … c’est la liberté d’expression, aucun tabou, aucune retenue, je peux laisser libre cours à mes émotions et ça j’en ai besoin!